4.4.08

La BRA, ça se mérite...

(Mince, toutes mes photos ont disparu ! Un peu de patience, je vais tout remettreen place)
Les niveaux de la BRA semblaient vraiment trop importants. Bah, je me suis promis cette année de me concentrer sur cette rivière, alors toute sortie est bonne à prendre - ne serait-ce que pour mieux la connaître. On dit toujours que cette rivière se mérite. Je vais donc faire en sorte de la mériter.

Arrivé au bord de l'eau à Pont-de-Chazey, je découvre à quoi correspond un débit de 270 m3 : énorme ! Et donc impêchable, sauf peut-être pour ceux qui la connaissent très bien et savent où aller en fonction des niveaux, comme me l'avait expliqué Philippe lorsqu'il sortait avec les dirigeants de l'UPRA. Mais pour moi le verdict est sans appel : pas la peine d'essayer. Mais que cette rivière est majestueuse dans sa puissance !



J'en profite donc pour faire un peu d'exploration, du côté du coin indiqué par Alex pour les moments difficiles. Je trouve un accès : ah oui, très prometteur (Merci mon Poussin, je t'en reparlerai). Mais l'eau est si haute que je ne peux pas explorer. La carte IGN montrait un second accès, que je ne parviendrai pas à trouver - mais je tombe sur un très joli petit affluent... Indiqué "pêche privée" bien sûr :-(

Donc une sortie pas inutile : je prends mes repères. Et je profite de la rivière du beau temps. Pas de pression.

Tout de même, j'ai envie de pêcher ! Je n'ai même pas encore monté ma canne :-( Je me dirige donc vers un autre petit affluent, la fameuse PRA que j'ai beaucoup explorée avec Jean-Marc l'an dernier. Jusqu'ici, je n'y ai jamais pris de capot. On peut toujours espérer. Mais quand je me gare près du collège, je découvre une rivière plus grosse que prévu. Je ne vois pas trop comment je pourrais m'y prendre. Cependant, l'eau est belle, juste un peu chargée.

Je remonte vers mon spot favori et monte enfin ma canne après être allé voir la rivière. Aucune activité : ni mouches ni gobages... Je monte une de mes "cervilièvres" (modèle Mouches Cévenoles n°30). Cette mouche a toutes les qualités :

- elle flotte bien sans flotter haut (corps en lièvre, aile en cervidé)
- elle est très visible (toupet clair formé avec la base des poils de cervidé)
- elle plait aux truites (ainsi qu'aux chevesnes !)

Je commence à pêcher l'eau en aval du pont quand démarre une éclosion, qui s'intensifie doucement. Ah, ça pourrait donc sourire :-) :-) Ce ne sont pas des grosses march brown, plutôt des petites éphémères claires. Pourtant, toujours pas le moindre gobage :-( Va falloir pêcher l'eau et ce n'est vraiment pas ma spécialité.

Je passe sur les détails, notamment cette truite que j'ai vu sauter à un endroit que j'avais identifié comme intéressant, la zone de calme entre les courants entre les deux arches du pont (sens de l'eau : +1), et qui ne montera pas sur ma mouche (ça drague très très vite), la pierre autour de laquelle je prends trois truites après avoir cassé au ferrage sur la toute première. Un bonheur simple et le plaisir d'avoir "lu" qu'il y aurait du poisson à cet endroit-là. Il y en avait aussi sûrement ailleurs, que je n'ai pas fait monter... Il y a encore du pain sur la planche, tant mieux :-)


Je réussis par attraper l'une de ces mouches. Ce ne sont pas des march browns mais, si j'en crois une récente discussion sur mouche-fr, des baetis rhodani. Pas très grandes. Les truites sont pourtant montées sur mes cervilièves h14, alors qu'un h16 aurait été plus juste.

Je passe aussi sur un nouvel essai improductif en noyée. La prochaine fois, je change de train ! Celui que j'utilisais a en effet fini dans un arbre, non loin d'une monture de vairon...

Je termine en nymphe au fil, sans le moindre succès... jusqu'au moment où je laisse ma ligne trainer dans l'eau. Lorsque je la ramène, la nymphe (une grosse chamoisine) forme un sillage important. Une truite s'en empare bruyamment et je casse en ferrant par réflexe !

Je ne pourrai plus dire que je n'ai pas de chance en noyée.

5 commentaires:

Stéphane a dit…

Pas mal jeune moucheur!
Il n'est jamais inutile de se rendre au bord de l'eau même quand celle-ci nous parait trop haute ou pas comme il faut...

Anonyme a dit…

+1, le bla bla c'est bien beau, mais le terrain il n'y a que ça de vrai et l'on a parfois de très belles surprises lorsque les conditions pourraient prévoir le contraire.

Anonyme a dit…

L'anonyme c'est Nicolas, Oups!!!

Chiroman a dit…

Belle petite virée, Hervé!

Il est toujours bon de trainer là bas; Même par eaux hautes, cela permet de prospecter un peu...

Et puis les petits affluents peuvent de temps en temps sauver la journée.

Herve a dit…

Stéphane, Nicolas,

Vous avez très certainement raison - de toutes manières, pour amélirer ses chances de prendre du poisson il faut aller à la pêche !

Maintenant, je n'ai absolument aucune pratique de ces eaux hautes et je ne sais vraiment pas où ni comment pêcher dans cette situation.

Il faudrait pour démarrer que je puisse voir comment s'y prend un pêcheur expérimenté. Sinon, ça ne serait pas bien amusant de peigner l'eau dans des secteurs où il n'y a aucune chance de toucher un poisson.

Mais j'apprendrai !