30.8.05

Albarine (11) - Toujours plus haut

Naaan, ce titre n'évoque pas mes performances - ni palmistiques ni... autres ;-) Simplement, j'ai continué l'exploration entamée lors de ma sortie précédente, plus en amont, donc. Une belle alternance de courants et de plats. Certainement un bon secteur pour le début de saison car il doit être possible de pêcher sans entrer dans l'eau (en revers). Il faut que j'en parle à Greg, ça peut l'intéresser et je serais heureux de pouvoir à mon tour lui communiquer un "coin". Malheureusement très accessible et donc certainement assez fréquenté.

Plus de facilité pour progresser dans l'eau, même si je suis loin de l'aisance. J'esssaye dès que possible de me passer de mon fidèle bâton "Mouratte" (oui, comme les épées des chevaliers de la table ronde, ce bâton porte un nom - qui lui a été donné lors d'un épisode précédent de nos aventures). Mes nouvelles chaussures me donnent confiance et me rendent plus aventureux. Je suis loin d'être intrépide ou téméraire - Maman rassure-toi ;-) Oui, je dois préciser que c'est ma mère qui m'a offert ces chaussures de wading hors de prix (des Lightweight de Simmes, semelles Aquastealth), pour que je ne risque pas de me blesser à l'occasion d'une chute. Je l'ai bien sûr aidée à tenir ce raisonnement - vilain garçon qui abuse de la générosité de sa mère. Bah, ça nous a fait tellement plaisir à tous les deux, pourquoi s'en priver :-)

Encore un capot. Pas la peine d'insiter je mets à l'épreuve la sagesse zen palmistique : "le bonheur est dans tout ce qui compose cette pêche, et prendre du poisson est -quasiment- superflu, limite obscène". :-)))) Tout de même, j'ai loupé un ombre en NAV au ferrage. Ca mérite d'ête raconté tout de même, puisque les conseils de l'ami Philippe ont encore porté : ma petite nymphe noire (une PT noire casque d'or achetée d'année dernière) dérive vers trois ombres mais n'en intéresse aucun. Donc je "bippe" en relevant doucement la canne. L'ombre répond à l'appel et prend (je voyais la nymphe grâce au casque d'or). Mais je ferre trop tard : il avait recraché immédiatement.

Autre épisode mémorable : j'ai passé pas mal de temps à pêcher en NAP, la technique de Jean. Je n'ai fait sortir qu'un seul poisson, mais un beau d'au moins 35 cm. Je suppose que j'étais mal positionné : la suite m'a vu et est retournée dans sa cache. Quelques minutes plus tard j'ai vu une mémère (dont je n'estime même pas la taille : je n'ai pas l'habitude d'en voir de si grosses !) venir se réfugier au même endroit.

En tous cas toutes les truites étaient noires : elles passent leur temps dans leur cache, ne sortant que rarement - et y retournant très vite, même lorsqu'il n'y a pas de danger. Bref quasi impossible. Grandes séances sans pêcher, juste à observer, à essayer de comprendre : où elles se tiennent, où elles se réfugient, comment elles se déplacent. Je ne suis pas sûr d'avoir appris grand-chose (c'est là que les commentaires d'un "maître" - je ne parle pas de "vieille main" car les bons pêcheurs que je fréquente sont souvent plus jeunes que moi - décupleraient le profit de tels moments), mais j'ai vu du poisson. Quasiment sous chaque pierre - voire plusieurs par pierre. Mais de gobages, point. Nada. Nib'. Peau de balle. :-))

Et j'étrennais mon nouveau chapeau, acheté la veille au Vieux Campeur avec les filles. Je me trouvais fort élégant - en toute modestie. En tous cas plus élégant qu'avec mes vieilles casquettes de la Région. Pas difficile, il faut le reconnaître ! Un chapeau assez simple, pas tape à l'oeil comme un beau Stetson. Modèle groënlandais je crois. Il aura moins de gueule lorsqu'il aura passé du temps roulé dans mes affaires ! En tous cas il faut vite que je retire son magnifique ruban, bien trop coloré pour les poissons.

5 commentaires:

Philippe a dit…

Alors comme ça monsieur "bip" les poissons..... Héhé! même si le poisson a recraché aussi vite qu'il avait prit tu as pu te rendre compte de la reaction occasionnée par cette animation et c'est le principal! pour les truites en revanche ça ne m'étonne pas du tout qu'elles soient cachées sous les bordures: basses eaux du monde au bord de la rivière les poissons se réfugient aux endroits inaccessibles et adaptent leur mode alimentaire (sortie de nuit ou à la pointe du jour) Si je peux te donner un conseil essaie de monter des nymphes sans casque mais plutôt lestées au niveau du thorax ;-) les poissons éduqués comme ceux de l'albarine pourraient te dire la marque de cette bille s'ils pouvaient parler! à nous d'etre plus malin qu'eux et de s'adapter

Je ressens à travers tes dires une réelle volonté de progresser et c'est très bon pour le moral continues comme ça
@+
Philippe

Herve a dit…

Encore merci Philippe. Nous ne sommes pas allés pêcher une seule fois ensemble cette année (mais il reste encore quelques semaines puis la 2e cat.), mais je profite de tes nombreux conseils via ce blog.

C'est vraiment très sympa de prendre le temps d'intervenir de temps en temps. J'espère que d'autres lecteurs/moucheurs suivront ton exemple !

Anonyme a dit…

l'albarine doit être bien basse non, limite impêchable en ce moment ??

Anonyme a dit…

ps : l'anonyme ci dessus c'est greg :-)

Herve a dit…

Salut Greg,

Oui, limite impéchable tu as raison. Mais quand on s'est levé à l'aube pour sa seule petite matinée de palm de la semaine, on la pêche quand même : il y a toujours des choses à observer et à apprendre - en tous cas pour moi.
Mais c'est vrai que je n'ai pas réussi à intéresser les poissons...
En tous cas, rappelle-moi à l'occasion que je dois te parler de ce coin pour l'ouverture...